Slide et résonateurs

Présentation et FAQ sur la slide et les guitares résonateurs
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ils sont où les milieux de gammes ?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Ils sont où les milieux de gammes ?   Dim 22 Oct - 20:11

Bonjour à tous,

Ca fait maintenant quelques mois que j'ai envie de sauter le pas avec une tricone mais étant maintenant assez averti concernant les achats (les chinoiseries c'est fini) je suis désespéré devant le peu d'offre qui existent sur le marché...

Soit c'est une chinoiserie plus ou moins bien réglée entre 500 et 900 € (Johnson, Record King, Royall, Paramount etc). Soit c'est NRP et Fine Reso à 3000-4000€ ...

Quelqu'un aurait un conseil à part de guetter les Continental et les Amistar en vente d'occasion ?

Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
niko
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 220
Localisation : Nord
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 23 Oct - 0:25

Salut
Fait main au UK et, la livre aidant, un peu moins cher que les NRP, tu peux regarder les tricones Delta resonator :
par ex : http://www.deltaresonatorguitars.co.uk/alabama.htm

un peu plus de 2000€ qd meme hein, c'est selon ce que tu appelles milieu de gamme meuh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nicodussart.free.fr/
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 23 Oct - 10:30

J'avais vu cette marque oui. Par contre le site n'est pas rafraîchi depuis 2010 donc je ne savais pas si ça existait encore ...

Ca fait quand même 2000€ oui. Idéalement j'aimerais bien trouver quelque chose autours des 1500 avec 200€ de marge en - ou en +

"Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 23 Oct - 14:02

Si tu trouves un Amistar d'occaz (de toute facon, la marque n'existe plus), il sera entre 1000 et 1500€... mais c'est ultra rare ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 23 Oct - 14:51

C'est ce que je me disais oui. Ce serait parfait.
Là je suis sur une Continental. Rien n'est fait mais ça pourrait être la solution ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alekzo
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 1223
Age : 42
Localisation : Ledo salinarius
Date d'inscription : 03/05/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Mar 24 Oct - 13:02

Juste pour ajouter mon grain de sel, il semble que Michael Messer ait un projet de tricone dans les tuyaux...
Toujours avec la même philosophie, a priori, au plus proche des originales avec un prix abordable.
A ce jour, il n'a toutefois rien annoncé pour une disponibilité prochaine, bref, une mise en vente n'est pas pour demain !
Ce plan s'adresse donc aux plus patients !

Pour les Continental, j'en ai eu un du début des années 2000 (reconnaissable au manche en érable), c'est plutôt bien, mais les exemplaires du début ou du milieu des années 90 semblent vraiment plus intéressants (dans la conception, le son, et le potentiel à la revente, si jamais...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/lambdalex
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Mar 24 Oct - 14:24

Là c'était une de 2010, mais le type n’envoie pas ... C'est pas grave, je ne suis pas pressé, juste un peu frustré de constater ce vide sidérant dans cette gamme d'instrument.
Je sais que ce sont des instruments dont la lutherie est sophistiquée, mais quand même que personne n'arrive a s'imposer dans un milieu de gamme me laisse perplexe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Mer 25 Oct - 9:23

Moi aussi, je suis un peu frustré de ce manque.
Mon Michael Messer sonne bien, mais les finitions sont un peu trop justes pour moi.
(j'ai l'habitude de jouer sur des instruments de luthier)
Du coup, je le joue très peu ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
sebastopol
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 3066
Age : 43
Localisation : Delta du Tarn
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Ils sont où les milieux de gammes ?   Sam 28 Oct - 5:24

Juste pour ajouter mon grain de poivre; il y a longtemps que je creuse sur le sujet, tu es tout à fait dans le vrai: en matière de Tricone, c'est tout où rien.........
Il me semble que dans le domaine du "single-cône" il est possible d'obtenir des résultats sonores restant assez probants en s'écartant des données originales de qualité, de matériaux, et de réglages (si on prend les anciennes National en point de référence...).

Le marché de l'occase en est garni, on peut comparer plusieurs marques et peut-être se trouver un bon compromis.

Mais en matière de Tricone, les facteurs cités plus haut ont un impact radical sur les possibilités sonores.
Disons que ce type d'instrument est certainement beaucoup plus subtil à fabriquer que le single-cone, (pour grossir le trait car à mon sens les deux systèmes sont tout aussi complexes).
Sous cette apparence de mécanique assemblée au tournevis se cache un équilibre de tensions qui ne laisse rien au hasard.

J'ai eu plusieurs "Johnson" type Tricone, j'ai essayé plusieurs autres marques dans les entrées de gamme, mais aussi dans le très-très haut de gamme (pour mon malheur! ouin ! mais aussi pour ma fascination totale...).
Mème si j'ai eu la chance de poser mes mains sur des instruments rares, et je serais éternellement reconnaissant à tous ceux qui m'ont permis cette expérience; je ne peux pas affirmer que mes oreilles sont de ce fait capables de déterminer où se trouvera le meilleur, mais j'ai peut être pu me forger une idée de ce qui me paraît bon.

A force d'éplucher, de démonter et remonter mes copies, je crois avoir saisi quelques facteurs importants au niveau du montage qui améliorent bien leur sonorité, mais sans se leurrer; les copies asiatiques toutes marques confondues étant fabriquées avec des tôles plus épaisses leur son pourra être puissant et chaud, tout à fait crédible ( j'ai joué pendant dix ans sur l'une d'elles, enregistré, et fait passer cet instrument dans pas mal de mains averties, avec d'excellents retours).

Mais outre le fait que le poids de ces instruments peut être handicapant, (voir dangereux pour mes tendons 4kg 900 pour la plupart des tricones asiatiques, jusqu'à 6 kilos pour le modèle "Lightning" kwa !? ) il leur manque certaines fréquences, et aucun réglage, ou changement de pièces n'y pourra rien.

L'épaisseur des tôles facilite grandement la fabrication, plus rapide, avec moins de pertes, et il semblerait que l’approvisionnement en tôles épaisses soit plus abondant, et donc meilleur marché.
Ces épaisseurs revues à la hausse semblent donner un son plus puissant, des basses plus grosses, mais je pense qu'une part de la dynamique, des harmoniques, et surtout de la richesse des aiguës est perdue, l'impression de zones mortes sur le manche.

Mais de nombreux fabricants se sont tournés vers cette idée (y compris NRP...on peut réfléchir à l'influence d'un certain musicien, obnubilé par les basses, ayant quelque peu terni la flamboyance des instruments à résonateurs...)
Ces facteurs d'"augmentation" peuvent suffire à convaincre quelqu'un qui n'aurait jamais eu un instrument haut de gamme à entendre...(ou ancien, mais combien d'anciennes sont encore en parfait état de jeu?...car il me semble aussi que les outrages du temps ont moins d'impact sur le son des single-cône que sur les triplates, d'autant qu'il y aurait eu plusieurs types de montages internes, plus ou moins sensibles au temps... beuleu ).

Comme toi j'ai ouvert l’œil du côté de "Amistar"-"Continental" avec l'espoir d'y trouver une alternative, mais on peut relier les deux marques directement car "Continental" est simplement l’ancêtre de "Amistar" (Frantuzek Javurek travaillait pour continental avant de créer Amistar, il fabriquait les corps, mème si aucune étiquette ne spécifie "made in république tchèque", mais les subtilités du système capitaliste permettent de brouiller la généalogie des pièces en spécifiant seulement le lieu d'assemblage...de nombreuses marques jouent encore là dessus...et à mon avis les continental modernes ont bien trop de points en commun avec les productions chinoises pour que le travail du métal puisse être fait en Allemagne...quand on regarde à qui appartient continental aujourd'hui, on peut se douter que les subtilités administratives ne doivent pas être un souci ....(mème si j'ai un respect absolu pour l'artisan qui s'occupe des réglages finaux quelque-part à Munich).

(ce ne sont pas les seuls; j'ai des soupçons concernant des marques alignant les zéros colère mais si vous avez de bons yeux, et un peu le sens de l'observation...pas besoin de vous faire un dessin, de toute façon je doute qu'on soit nombreux sur ce forum à être dans la cible marketing.).

Pour en revenir à Amistar-Continental, effectivement ces instruments sont intéressants mais attention car ils sont auréolés de légendes...certains auraient étés fabriqués dans le fameux alliage dont était fait les anciennes National (le fameux "German Silver")...tu trouvera de nombreux vendeurs persuadés de vendre un instrument légendaire; pour un prix relevant de la légende....., mème chez des "spécialistes", mais un simple regard sur les photos peut te donner la preuve que la majorité sont en laiton ou "Brass" comme les copies habituelles...
Mais c'est pourtant vrai; il y aurait quelques exemplaires faits dans cet alliage (et plus de sept hihi ! ), mais hélas; dans ce cas aussi, les épaisseurs ont étés revues à la hausse (car le Maillechort est encore plus capricieux à mettre en forme et souder)...

Le poids m'a été confirmé par deux contacts d'annonces confirmant cet alliage, et si je me fie à l'essai de deux National-Réso-phonic construites selon ces données, j'ai pourtant bien l'impression que le laiton développe un son plus intéressant si on pense dans des épaisseurs "augmentées"...mème si il semble que les résonances harmoniques et sympathies sonnent plus agréablement, une certaine sagesse, ou timidité dans la dynamique et le rendu des basses m'est apparu sur les German Silver (si je me fie à mes oreilles, ce qui ne veut rien dire finalement, car beaucoup sont heureux d'entendre ce qu'ils entendent...).

Pour mieux cerner la parenté des Continental-Amistar: on doit pouvoir agrandir la famille à toutes les copies asiatiques!
D'après mes observations, les Continental, et copies asiatiques ne présentent pas de collet battu à l'intèrieur de la table (repli de tôle de 5 mm censé rigidifier la table au moment ou est soudé le réceptacle des cônes, le "Well"), je n'ai pas pu le vérifier sur Amistar mais je ne vois pas pourquoi il en serait autrement, car tout le monde s'est rendu compte que le fait d'augmenter l'épaisseur de la table permet d'éviter les déformations dues à la soudure: double avantage, plus facile, plus rapide, moins cher, plus solide, (et son plus "puissant" mème si moins subtil)...

Les détails de construction, vis surdimensionnées, grilles au tissages particuliers, peuvent donner d'avantage de poids à mes arguments, mais un autre point vient donner une preuve d'ADN similaire:

Le "Neck-stick", (barre traversant le corps depuis le talon jusqu'au cordier) est courbe chez Amistar comme sur les premiers Continental...., ceci est vraiment très hasardeux pour le son...sur les premières Continental cette barre est trop fine, sans aucune fibre continue, donc le corps de la guitare se déforme sous la tension des cordes (à mon sens ceci justifie l'emploi de ces énormes vis cruciformes pour fixer le "coverplate")..de plus une énorme vis à été fixée au dos, au niveau du talon, censée bloquer les mouvement du manche avec une sorte de bloc interne inexplicablement sommaire, désastreux pour le son!, et cette vis fragilise sérieusement la jonction manche-stick pfff (assemblage en bout de bois basique, avec chevilles-tourillons; la vis brisant donc les tètes de tourillons...).
Mais après la séparation Amistar-Continental, les Continental ont enfin eu droit à une barre droite bien plus comparable aux critères "normaux" sur ce type d'instruments.

Sur les Amistar il semblerait que cette barre courbe soit devenue plus large, plus épaisse, mais le dos est alors bloqué avec des points d'appui plus importants, un disque de grand diamètre sous les cônes, un support "mushrom" placé très haut sous la touche (d'après observations d'images sur le net, j'attends toujours d'avoir confirmation d'éventuels propriétaires, est-ce le cas sur tous les modèles?...; les deux Amistar tricone que j'ai essayées m'ont laissé sentir une raideur sur les basses, un manque de profondeur, quelques écoutes sur le web peuvent donner une notion claire).

Bref, attention aux années de production, vérifier ce qui se passe à l’intérieur.

En terme de jouabilité et de finition, ces deux marques semblent offrir un certain plus que n'offre pas le bas de gamme, en ce sens on peut les classer en "milieu de gamme", mais je reste convaincu qu'un luthier bien intentionné peut améliorer ces aspects de réglages de sillets et de finition des frettes sur un bas de gamme qui permettra de s'approprier un peu de l'esprit du son typique, au moins pour se faire la main en un premier temps.

Pour ne pas perdre de temps et d'argent, il n'y a a plus de mystère: la case "haut de gamme" est à garder en tète.
Soit en se lançant dans l'occasion, ou bien carrément une ancienne (avec les hasards que ceci implique, mais surtout une révision ou une vraie restauration chez Mike Lewis).
Ou bien en neuf, en lui confiant la réalisation d'un instrument unique.

Et oui; un véritable trésor....mais je n'arrive pas à penser que cet objectif soit "cher", je ne roule pas sur l'or mais il me semble que le bénéfice quotidien de jouer sur une machine à inspiration qui ne cesse d’appeler la note suivante, une œuvre d'art qui a nécessité une vie de perfectionnements et d'expérimentations, et permis à un artiste de vivre dignement, vaut les années de patience, de sacrifices, d'économie nécessaire.
Finalement mes copies achetées deux balles, retapées dans tous les sens, probablement produites dans un contexte humain et environnemental lamentable, ayant généré des bénéfices pour des entités néfastes, ayant bridé mon jeu et mon imaginaire musical, ayant bien failli me causer de sévères problèmes musculaires.....et bien ça; ça m'a réellement coûté bien trop cher.

Juste pour donner une base de réflexion; voilà où j'en suis personnellement...pour ce que vaut mon avis... hmmm






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hommeorchestre.wix.com/sebastopol
sebastopol
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 3066
Age : 43
Localisation : Delta du Tarn
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: ls sont où les milieux de gammes ?   Sam 28 Oct - 5:32

honte Je précise que n'ai pas d'actions chez les vendeurs de National Vintage, ou bien chez Fine Resophonics sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hommeorchestre.wix.com/sebastopol
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Sam 28 Oct - 12:55

Merci pour les info sur Continental/Amistar, je ne savais pas du tout que les 2 marques étaient liées...

Le problème des vintage, c'est quand même que les manches sont généralement inconfortables (si ce n'est injouables) et elles sont fausses ... (sauf pour le jeu au bottleneck) ...

"Cher" est une notion très relative. 4000€ ce n'est pas cher pour un instrument fait à la main ... mais faut quand même les sortir !
Surtout quand on joue plusieurs instruments, une acoustique à 4000 + une électrique à 4000 + un weiss à 4000 + un dobro à 4000 ... ça commence à faire très cher pour le coup ! sourire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Sam 28 Oct - 14:25

Merci pour l'analyse seb. Plus je creuse et plus je me dis que ça finira soit sur un moment de faiblesse par l'achat d'un chinoiserie convenable (Republic), soit, si je me tiens bien, par l'attente d'un bon coup ou d'avoir suffisamment d'argument pour lâcher 3000 brouzoufs dans une guitare plutôt que sur mon PEL.

Je sais la valeur d'un bon instrument, j'ai deux basses et une guitare faites pour moi plus une acoustique Gibson des 60's et avec tout ça je suis comblé dans les domaines qu'elles couvrent (électrique principalement). Reste cet attrait pour les reso et pour les tricones en particuliers, dont la pureté et la finesse du son me plait vraiment !

Le soucis c'est que je n'ai jamais pu mettre mes mains sur une (et encore moins une bonne). Il y a une Fine Reso tricone à Rennes dans la boutique où j'ai acheté ma Gibson. Il faudrait que j'y passe un de ces quatre. Mais même en revendant la Gibson, il faudrait remettre plus de 2000 € pour la récupérer XD !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
snico
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 234
Age : 42
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 04/03/2005

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Sam 28 Oct - 14:56

Il y a une quinzaine d'années, mon premier résonateur un peu sérieux était un tricone de chez Donmo, c'était un de ses premiers modèles, et c'était pour moi un très bon rapport qualité / prix, je n'ai jamais eu l'occasion de tester un amistar / continental, mais on est clairement au dessus de la qualité des chinoiseries. Aujourd'hui le design et les matériaux ont beaucoup changé, et le prix "un peu" augmenter, mais ses tricones commencent à 1600 euros, ce qui les qualifie pour le milieu de gamme.

J'ai essayé il y a quelques années un tricone delta resonator en bois et je n'avais pas vraiment été emballé, enfin il faut dire que c'était chez Palmguitars à Amsterdam, donc cette pauvre delta a sans doute souffert de la comparaison avec toutes les pépites que j'ai grattouillé à cette occasion...

Le risque à acheter un tricone moyenne gamme c'est de tomber amoureux de ces instruments magiques et de finir par regretter de ne pas avoir cassé la tirelire (ou le PEL) pour le haut du panier, donc de revendre ta belle pour pour passer à la gamme au dessus, bref de perdre du temps Wink enfin je dis ça je dit rien Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://irca.droca.free.fr
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Dim 29 Oct - 13:53

trois6 a écrit:

Je sais la valeur d'un bon instrument, j'ai deux basses et une guitare faites pour moi plus une acoustique Gibson des 60's et avec tout ça je suis comblé dans les domaines qu'elles couvrent (électrique principalement). Reste cet attrait pour les reso et pour les tricones en particuliers, dont la pureté et la finesse du son me plait vraiment !

C'est quoi tes "basses et guitare faites pour toi" ? Des instruments de luthier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Dim 29 Oct - 13:55

snico a écrit:
Il y a une quinzaine d'années, mon premier résonateur un peu sérieux était un tricone de chez Donmo, c'était un de ses premiers modèles, et c'était pour moi un très bon rapport qualité / prix, je n'ai jamais eu l'occasion de tester un amistar / continental, mais on est clairement au dessus de la qualité des chinoiseries. Aujourd'hui le design et les matériaux ont beaucoup changé, et le prix "un peu" augmenter, mais ses tricones commencent à 1600 euros, ce qui les qualifie pour le milieu de gamme.

J'ai essayé il y a quelques années un tricone delta resonator en bois et je n'avais pas vraiment été emballé, enfin il faut dire que c'était chez Palmguitars à Amsterdam, donc cette pauvre delta a sans doute souffert de la comparaison avec toutes les pépites que j'ai grattouillé à cette occasion...

Le risque à acheter un tricone moyenne gamme c'est de tomber amoureux de ces instruments magiques et de finir par regretter de ne pas avoir cassé la tirelire (ou le PEL) pour le haut du panier, donc de revendre ta belle pour pour passer à la gamme au dessus, bref de perdre du temps Wink enfin je dis ça je dit rien Twisted Evil

Effectivement, il y a les Donmo, que je n'ai jamais essayés, mais réputés très bon rapport qualité/prix.
Regarde aussi les Mule, http://muleresophonic.com/.
Il y a quelques années c'était autour des 2000€, mais je crois qu'il a augmenté ses tarifs (et sa qualité) et il en a vendu à plein de mecs connus.
Il fait notamment un tricone au format single cone ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Dim 29 Oct - 20:16

Oui, j'ai trois instruments de luthiers. Ça reste de la lutherie basique mais ce sont des projets que j'ai en partie conçu en fonction de mes expériences et qui sont assez peu communs (à l'exception d'une guitare en P-90 plutôt classique mais qui me ravit à chaque session !). C'est pas tant leur valeur financière que le fait qu'ils répondent parfaitement à mes goûts esthétiques et musicaux.

Pour revenir au sujet, merci pour la découverte de Donmo. Il faut aussi un tricone en format singlecone (type Gibson 00).
Les prix sont raisonnables, sans les Frais de douanes on est autours des 1700€ livré depuis l'Australie pour une tricone en woodbody (ce qui m'attire le plus pour l'instant).

Mule c'est beau aussi mais oui, il a monté ses prix, je l'avais repéré et classé dans les haut de gamme à plus de 2000€.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 30 Oct - 10:42

trois6 a écrit:
Oui, j'ai trois instruments de luthiers. Ça reste de la lutherie basique mais ce sont des projets que j'ai en partie conçu en fonction de mes expériences et qui sont assez peu communs (à l'exception d'une guitare en P-90 plutôt classique mais qui me ravit à chaque session !). C'est pas tant leur valeur financière que le fait qu'ils répondent parfaitement à mes goûts esthétiques et musicaux.


C'est le but des guitares de luthier !!
C'est de quels luthiers ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 30 Oct - 12:17

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
NikkGiggs
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 266
Age : 33
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 30 Oct - 12:34

Cool !
Trop bien la basse VI !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kill-gallon.com/
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Sam 4 Nov - 21:06

Leewald fait un tricone à 2100€ sur thomann.

C'est un poil plus cher que ce que je voulais mais ça semble une option à mentionner tout de même entre les chinois et NRP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastopol
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 3066
Age : 43
Localisation : Delta du Tarn
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 6 Nov - 0:25

hmmm c'est vrai, ils ont bien hérité de l'outil de production de Amistar, mais comme c'est de l'histoire très récente, on a aucun recul ou écho sur leurs produits...perso je suis un peu inquiet de voir beaucoup de modèles avec micros magnétiques, esthétique qui lorgne vers (j'ai un trou de mémoire....vous savez les guitares électriques oxydées avec impression croco...ah plize donnez moi le nom!).
Bref une approche...moins orientée vers la tradition?
Ce qui me fait peur c'est la présence d'une cale en sifflet entre touche et table, sur certains modèles...doit on supposer un angle de renversement exagéré? (je n'avais jamais observé ça sur Amistar...).

Pour Mule et Domo, je pense qu'elles ont en commun un son très direct (pour parler des single cônes), plutôt dur, sans y avoir posé les mains, juste d'après écoutes au casque, dans les détails de construction (plutôt crus), ça doit être assez lourd et épais, avec un angle de renversement relativement important (ça durcit le son) le cordier trapèze peut avoir cet effet, mais le volume devient impressionnant sur un cône plus épais et rigide que les anciennes.
NRP applique aussi ce principe: plus de décibels; moins de fréquences.

Ceci dit super instrument de travail, je crois que Lionel en a eu une...de continental (style N), il est passé à Donmo, puis sur National Duolian, et enfin Style 0...vintage. (et il doit filer le parfait bonheur, car on ne le croise plus trop par ici, mais en fouillant dans les archives tu trouvera certainement son avis et un descriptif de sa Donmo, probablement des enregistrements aussi?)

Je crois que c'est un peu le chemin habituel, quand on essaye des instruments de meilleure facture, l'oreille deviens plus sensible, et on finit par avancer d'un son vers un autre; mais en étant pas trop habitué, les premières expériences ne peuvent pas être décevantes et forcément positives avec un budget cohérent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hommeorchestre.wix.com/sebastopol
trois6
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 160
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 12/07/2009

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 6 Nov - 15:54

C'est exactement ce qui me freine avec Leewald. Je ne trouve pas grand chose à part une vidéo ou deux... Pas de retours sur les forums ou autres.

Je postais ça pour ceux qui chercheront comme moi un jour ou l'autre. Mais personnellement je suis encore dans la reflexion. Je guette les annonces à l’affût d'un bon plan et je me "contente" de ma folk déjà d'excellente facture =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jethro
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 72
Age : 41
Localisation : normandie
Date d'inscription : 18/01/2014

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Lun 6 Nov - 16:49

sebastopol a écrit:
(j'ai un trou de mémoire....vous savez les guitares électriques oxydées avec impression croco...ah plize donnez moi le nom!).


James trussart ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sebastopol
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 3066
Age : 43
Localisation : Delta du Tarn
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Ils sont où les milieux de gammes ?   Mar 7 Nov - 13:54

bravo ! Yesss; c'est bien le nom que je cherchais!
Guitare électriques en premier lieu.....avec un résonateur dedans:

Donc une approche axée vers l'amplification électronique, plus que sur les réelles qualités acoustiques...

Mmmmoui; je pense aussi à notre ami "Drako" qui a hélas commandé (et payé) une Amistar au moment de la disparition de Frantuzek Javurek......et en prenant contact avec Leewald, son associé et donc repreneur, aucun geste, ou preuve de compréhension n'a été proposé...pour une compagnie qui se lance, c'est dommage d'avoir raté une occasion de se forger une bonne réputation...

Un petit Républic ou équivalent en occase, avec une reprise des frettes, et sillets, peut te donner un premier aperçu sans casser la tirelire, je t'encourage quand mème à faire un tour à Rennes, (pour rencontrer un passionné de résonateurs qui se donne du mal pour trouver des instruments accessibles pour les musiciens, et en discutant il aura peut-être des pistes à te donner?...) quand tu aura un peu joué, et pris en main les notions particulières de jeu sur tricone.

Essayer une des guitares de Mike Lewis est une expérience extrêmement instructive et émouvante (c'est une véritable dégustation à savourer).

Très étonné de l'avis réservé sur "Delta" essayée à Amsterdam...j'ai entendu de bons échos sur leur cônes, mais qu'en est il de la lutherie?...John Alderson "Delta"propose toute une gamme de cônes de remplacement, et il a eu l'excellente idée de proposer des cônes de mandoline spécifiques pour les mandolines chinoises, (dont le cône est de dimensions égales à ceux des guitares pour économiser sur l'outil de production), du coup aucune autre marque de cônes ne peut s'adapter. (ce qui prouve une bonne étude du sujet, et une belle ouverture d'esprit vers le musicien fauché)

Il aurait hérité de l'outillage de Alan Timmins, le premier à avoir fait renaître un triplate après sa disparition de la surface du globe, en 1991...en relation avec une bande de pionniers dont Mike Lewis, Pierre Avocat (Fine resophonics), Steve Evans (Beltona), Mark makin...
Quelle épopée!
Ce sont les héros de l’Iliade!

Pour se faire une idée juste, avant un essai, je garde toujours un peu de recul car avant mème de jouer l'instrument, j'avise un coup d’œil sur les sillets, surtout celui de chevalet.
Car souvent, le guitariste stratocasteriste veut absolument régler toutes les guitares aux ras des pâquerettes, et inévitablement les fentes du sillet sont approfondies pour baisser l'action, ce qui "enterre" les cordes et tue littéralement le son.
Un résonateur n'est pas conçu pour ça; une strato oui...
Les cordes doivent absolument rester en surface, pas plus d'un tiers pris dans le sillet, et mème si visuellement ça semble correct, si la fente n'est pas correctement taillée, la corde peut perdre 95% de ce qu'elle est censée donner...et plus la corde sera fine, plus les chances d'erreur ou d'élargissement dûes à l'usure du sillet sont grandes.
Sans parler des sillets remplacés par le classique bâton de glace eskimo, ou de l'os comme si c'était une Martine...ou d'autres matériaux...
Un œil un plus exercé pourra estimer de l'état de l'angle de renversement du manche, du relief général de la table (qui doit être légèrement bombé à la fin de la touche), là aussi ça peut justifier ou expliquer ce qu'on entendra, au delà de la qualité de l'instrument.

J'ai eu dans les mains une magnifique triplate Fine Resophonics, hélas désastreusement réglée par son propriétaire...et ça m'est arrivé avec d'autres guitares très haut de gamme...ébloui par la beauté de l'instrument la finesse du geste qui l'a crée, et complètement abasourdi par l'ignorance de celui qui le joue...en me demandant si il est seulement capable d'apprécier le véritable miracle auquel il a accès...................

Bien sur les Guitares proposées par Vintage Guitar sont irréprochables (puisque tous les résonateurs sont révisés systématiquement par Mike Lewis), je parle juste de façon générale, pour aider à être objectif sur ce qu'on lit, ce qu'on entend, et être plus apte à identifier un instrument "idéal"...

(puis pour reparler de budget, et de la surmultiplication des instruments...je ne peux que comprendre la problématique d'avoir trois ou quatre guitares pour être heureux et nourrir sa passion, c'est compliqué...........mais dans le cas d'un homme-orchestre multi-instrumentiste, je vous laisse imaginer la malédiction: c'est une condamnation à faire des compromis et des sacrifices, à se documenter sur l'occultisme et la sorcellerie pour essayer de deviner les numéros du loto, à passer ses dimanches à creuser des forages dans la pelouse en espérant trouver un filon d'or, de pétrole, ou bien le trésor du capitaine crochet, puisque vendre ce vieux corps là à la science ne donnerait pas grand chose vu l'argus......c'est très compliqué, c'est vrai... honte )

Une piste que je n'ai pas évoqué par manque d'éléments mais qui serait peut-être à garder sous le coude...les toutes premières Triplates de National Résophonics, en laiton, vers 1994 ont deux caractéristiques visuelles assez évidentes à identifier qui les fait sortir de l'ensemble de la production suivante:
La tète est taillée à la main avec un dessin bien plus gracieux que les suivantes taillées par la machine...puisque taillée par Ralph Bown (Luthier réputé par la qualité de ses recréations de guitares typiques du Blues d'avant-guerre, de type des productions Oscar Schmidt) c'est lui qui se chargeait du montage final des éléments (dont le chevalet moulé T bar fourni à l'époque par Continental-Amistar!).
Ensuite on retrouve seulement six vis de fixation sur le coverplate (au lieu des neufs désormais réglementaires), mais les vis sont placées dans les zones courbes, donc décalées par rapport aux anciennes.
Ah le logo était alors en métal moulé avec fond bleu ciel...
Elles sont issues d'un mode de production qui était encore assez artisanal, avant que ça devienne l'usine...la jonction manche-stick doit être cohérente avec le montage à l'ancienne (il y aurait de mauvais échos sur le vieillissement de la jonction usinée proposée ensuite, mais j'avoue aussi manquer de sources sures sur ce point).

Comme elles sont âgées, un neck-reset peut être à envisager, mais c'est aussi ce qui les fait garder une côte assez basse, j'en ai vu passer trois aux alentours de 1500/2000, ajouter port, douanes, et check-up...(à moins d'une trouvaille en europe).

Freddy Koella utilise un exemplaire de cette période qui semble donner un son honnête, il semble jouer sans onglets ici (D’où des basses très mates):


Je dis ça comme ça en espérant que leur côte ne va pas grimper à cause de moi! haha !
Si vous trouvez une annonce, demandez le poids!
Merci par avance!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hommeorchestre.wix.com/sebastopol
sebastopol
Langue pendue
avatar

Nombre de messages : 3066
Age : 43
Localisation : Delta du Tarn
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   Mar 7 Nov - 15:58

Oh et j'oubliais une observation que j'avais noté sur Leewald aussi:
Le "Tricone brass" semble avoir un relief assez hasardeux à gauche de la jonction du manche, puis à côté de la grille côté basses sur l'épaule...défauts de surface sûrement dus à la dilatation du métal au moment de la soudure, preuve que le savoir faire de Franta n'est pas encore acquis...

http://www.resoguitars.cz/brass_style_i_tricone_eng.html

Mème si c'est la seule qui semble présenter un défaut aussi flagrant, je ne peux m’empêcher de supposer qu'ils ont aussi hérité d'un stock de caisses Amistar déjà assemblées...

La cale sous touche suspecte est visible sur le "style 0 c", et effectivement si on observe la hauteur du cordier par rapport à la surface du coverplate, ça laisse supposer un angle plutôt important...

En tout cas j'espère qu'ils ont gardé les services de leur graveur qui est un véritable artiste!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hommeorchestre.wix.com/sebastopol
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ils sont où les milieux de gammes ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ils sont où les milieux de gammes ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Gammes utilisées pour Hip Hop
» Divers fichiers pdf qui sont utiles aux bassistes !
» OPEN DE G LES GAMMES (MAJEURE, PENTATONIQUE & MINEURE)
» Que sont-ils devenus ?
» dans le genre truc qui sert a rien : quels sont vos livres preferés ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Slide et résonateurs :: les instruments :: les résonateurs : National, Dobro et affiliés-
Sauter vers: